gianni infantino

Mascotte : épisode 21

infantino-zabivaka.png

Gianni Infantino aux côtés de Zabivaka | Coupe du Monde 2018.


Coupe du Monde : les autorités chinoises confirment leur ambition

gianni-infantino-xi-jinping.png

Le Président chinois, Monsieur Xi Jinping, a confirmé lors d'un entretien avec Gianni Infantino l'intérêt de son pays pour l’organisation d'un prochain Mondial. Voilà la concurrence prévenue (et peut-être même déjà découragée...).

Mais au nom du principe de rotation entre les différentes confédérations, la World Cup ne devrait pas pouvoir revenir en Asie avant 2034 puisque le Qatar, appartenant à la cette zone, accueille le tournoi en 2022.

En solo ou en association avec d'autres pays, ce candidat prestigieux sera quasiment imbattable tant il détient le profil idéal.


Coupe du Monde 2018 : Infantino reparle de l'arbitrage vidéo

assistance-video-arbitrage.png

Lors de son déplacement en Amérique du sud, le patron du football mondial FIFA a renouvelé son vœu d'instaurer l'arbitrage vidéo pour le Mondial 2018. Selon lui, les premiers essais (Mondial des clubs, matchs amicaux internationaux) se sont avérés très positifs. Reste toutefois un dernier obstacle, convaincre l'International Board d'accepter, dans des délais raisonnables, cette technologie. Une décision est attendue pour le début d'année prochaine.


Coupe du Monde 2026 : la FIFA met en garde les Etats-Unis

world-cup.png

Gianni Infantino a prévenu que la politique migratoire du gouvernement américain était incompatible avec l'organisation d'un grand événement sportif comme le Mondial. En cas d'interdiction partielle ou totale de libre circulation des supporters, principalement mexicains et musulmans, populations régulièrement visées par l’administration Trump, toute candidature deviendrait irrecevable.


Coupe du Monde : l'Association Européenne des Clubs tacle la nouvelle formule

european-club-association.png

Figurant parmi les plus farouches opposants au nouveau format de la Coupe du Monde, l'ECA a de nouveau attaqué la FIFA et son Président. Selon un communiqué publié sur son site, cette réforme n'a aucune justification sportive et en contentant les "petites" confédérations, Gianni infantino a surtout pensé à assurer sa réélection.



Coupe du Monde 2018 : des nouveautés attendues sur l'arbitrage

Gianni infantino

Dans un entretien accordé au Parisien, le Président de la FIFA a évoqué diverses évolutions qui pourraient entrer en vigueur lors de Russie 2018. Devenu un fervent défenseur de l'arbitrage vidéo, il souhaite que les phases de tests s'intensifient afin que cette technologie soit au point pour le Mondial (une décision définitive interviendra en mars 2018). A été évoqué aussi la possibilité d'utiliser un quatrième remplaçant, uniquement au cours des prolongations (à partir des huitièmes de finale). Enfin, il souhaite sanctionner les contestations collectives envers les arbitres, scène qui ne donne pas une belle image du football.


Coupe du Monde : Infantino nous explique sa réforme

world-cup.png

Lors d'un entretien accordé à Ouest-France, le Président de la FIFA a détaillé, un peu plus précisément, son projet d'un Mondial élargi à 40 ou 48 : 

"Verra-t-on bientôt un Mondial à 48 équipes ?

Nous étudions actuellement diverses idées qui nous permettraient d’accroître la popularité du football dans le monde entier. Nous discuterons de potentiels changements de format pour la Coupe du Monde lors de la prochaine séance du Conseil de la FIFA en janvier 2017, mais en résumé, deux formats ont été suggérés – un à 40 équipes et un autre à 32 équipes plus barrages. Cette dernière proposition permettrait à un total de 48 équipes de participer à la compétition finale.

Quel serait le principe ?

Il y aurait seize équipes – la crème de la crème – issues de qualifications ultra-compétitives et qui seraient assurées de disputer la compétition finale à 32. L’autre moitié des nations participantes seraient issues d’un tour de barrages mettant aux prises 32 pays. Ainsi, la phase finale à 32 accueillerait les toutes meilleures nations tout en permettant à davantage de pays de participer au plus grand événement sportif de la planète. Il s’agirait de déplacer les barrages, qui ont d’habitude lieu en novembre, et de les intégrer à la Coupe du Monde. Ce serait la Coupe du Monde actuelle avec une incroyable saveur supplémentaire.

Prenez l’exemple de la France en 2013 lors des barrages face à l’Ukraine. Vous passez de l’incertitude de participer, de la peur de l’élimination à la certitude de participer à la fête. Cela représente six mois d’enthousiasme supplémentaire et de promotion du football. Après, pour entrer dans le tableau final à 32 équipes, il faut le mériter sur le terrain lors d’un match couperet. C’est l’esprit de la coupe, ce qui rend le football si particulier. Au final, c’est la garantie d’un niveau sportif encore plus dense et plus relevé. C’est également plus d’adrénaline pour les joueurs, plus de spectacle et plus de frissons pour les spectateurs et les téléspectateurs. Et, comme vous impliquez seize pays supplémentaires, c’est aussi la chance d’être plus nombreux autour d’une passion commune. Partager, s’ouvrir davantage, vibrer ensemble… ce n’est pas complètement anodin dans le monde tel qu’il est aujourd’hui. Nous recherchons les possibilités permettant à des pays de co-organiser la Coupe du Monde, tout comme nous souhaitons faire en sorte que la compétition soit durable et raisonnable."


Coupe du Monde : Gary Lineker critique Gianni Infantino

tweet-14-10-2016.png

L'ancien international a, comme d'habitude, été droit au but :

"Allons Monsieur Infantino ! Vous avez été élu pour servir les intérêts du football, pas les vôtres. Ne détruisez pas la Coupe du Monde ! S'il vous plait.".


Coupe du Monde : les explications de Gianni Infantino

logo-video.png

Suite aux réactions plutôt hostiles à son projet d'un Mondial à 48, le Président de la FIFA explique sa réforme.


Coupe du Monde : L'Equipe juge ridicule la proposition de Gianni Infantino

l-equipe-une-ridicule.png

Cette Une résume parfaitement bien le sentiment général...



Coupe du Monde 2026 : Infantino souhaite deux équipes africaines supplémentaires

Gianni infantino

En déplacement au Nigeria, le Président de la FIFA a réexprimé sa volonté d'élargir le Mondial à 40 participants, au lieu de 32 actuellement, et ceci dès 2026. Il s'est même "mouillé" en annonçant que parmi les huit places supplémentaires, deux devaient aller à l'Afrique, ce qui porterait à sept le contingent de cette zone.


Coupe du Monde : le passage à 40 participants débattu en octobre

gianni-infantino-president-fifa.png

Ce fût l'une des promesses du candidat Gianni Infantino avant son élection et l'italien souhaite rapidement faire voter cette élargissement (dès cet automne). Malgré quelques résistances, notamment celle des clubs européens, ce projet va sans aucune surprise passer malgré le risque évident de tirer la compétition vers le bas, du moins durant le premier tour. L'élargissement de l'Euro 2016 à 24 au lieu de 16 l'a démontré, la phase de poules s'est avérée beaucoup moins bonne que ses devancières.

Evolution du nombre des participants en phase finale

- de 1930 à 1978 : 13 à 16 (nombre d'équipes variant selon les éditions en fonction des forfaits) ;
- de 1982 à 1994 : 24 ;
- de 1998 à 2022 : 32 ;
- à partir de 2026 : 40 ?


Coupe du Monde : le passage à 40 participants se précise

Gianni infantino

Promis par Gianni Infantino lors de sa campagne électorale victorieuse, cette évolution du tournoi va être abordée en octobre prochain par le conseil de la FIFA (organe remplaçant le comité exécutif). D'ici là, les pros et les antis ne manqueront pas de faire valoir leurs arguments.


Divers : Infantino nouveau Président de la FIFA

gianni-infantino-president-fifa.png

Gianni Infantino, secrétaire général de l'UEFA par intérim, prend les commandes du football mondial. Il obtient 115 voix tandis que son adversaire direct, le Cheikh Salman, doit se contenter de 88 suffrages. Les deux autres candidats, le Prince Ali et Jérôme Champagne, n'ont récolté que 4 voix, toutes en faveur du jordanien. Rappelons que le cinquième candidat, Tokyo Sexwale, conscient d'un revers annoncé, retira finalement sa candidature avant le scrutin.

Puisse cette élection marquer le renouveau d'une institution qui vient de vivre sa plus grave crise.